SUEZ Water - Eau et technologies de traitement de l'eau

Les tours de refroidissement d'une usine d'éthanol traitées avec E.C.O.Film* améliorent la protection contre la corrosion et répondent à une réglementation plus stricte en matière de régulation du phosphore

Usine d'éthanol

 

Résumé de la valeur
Résumé de la valeur de l'éthanol

 

Challenge

Bien que le phosphore (P) soit un élément indispensable à la vie, il constitue également un nutriment une fois rejeté dans l'environnement. L'augmentation de la concentration de phosphore dans les masses d'eau entraîne une croissance anormale des algues, ce qui perturbe les espèces indigènes de faune et de la flore et nuit à la biodiversité.

De nombreux gouvernements mettent en place de nouvelles réglementations afin de limiter les rejets de phosphore dans l'environnement. Dans le cas de cette usine d'éthanol, l'état avait imposé un nouveau seuil inférieur à 0,68 ppm P. Leur rejet moyen de concentration en phosphore s'élevait à 0,96 ppm P, et l'usine devait par conséquent réexaminer l'ensemble de ses sources de phosphore dirigées vers son effluent et déterminer à quels endroits une réduction serait possible sans affecter la protection et la fiabilité du système.

Solution

L'usine utilisait des traitements à base de phosphore pour contrôler la corrosion d'une tour de refroidissement en acier doux, et un tartrifuge à osmose inverse (OI). Des traces de concentrations en phosphore étaient également présentes dans l'eau des puits.

L'eau de purge de la tour de refroidissement étant la principale source de phosphore, le programme de traitement de l'eau de refroidissement fut logiquement la première cible de réduction du phosphore.

SUEZ recommanda de remplacer le programme de traitement de la tour de refroidissement à base de phosphore par sa nouvelle technologie E.C.O.Film1 sans phosphore2 et sans zinc.

E.C.O.Film est une technologie de traitement unique développée par SUEZ qui permet de générer une matrice protectrice qui confère une meilleure protection contre la corrosion que les programmes traditionnels à base de phosphate et qui ne comporte pas de potentiel d'encrassement comparable.


1 E.C.O.Film = film d'oxyde de carboxylate modifié
2 Peut contenir des traces

Résultat

Après avoir traité ses tours de refroidissement à l'aide d'E.C.O.Film, le taux de rejet de phosphore de l'usine d'éthanol se stabilisa à une moyenne inférieure à 0,25 ppm P (voir Figure 1), soit une réduction de 75 % par rapport aux niveaux précédents, et moins de la moitié de la nouvelle limite imposée de 0,68 ppm P.

Simultanément, il était important de veiller à ce que la protection du système de refroidissement soit préservée. L'équipe de gestion de l'usine d'éthanol fut ravie de constater que la protection du système de refroidissement avait été renforcée de façon significative grâce au nouveau programme de traitement. Là où le traitement précédent affichait des taux de corrosion de l'acier doux de ~2,4 mils par an (mpy), la technologie E.C.O.Film affichait pour sa part un taux de corrosion moyen de 1,3 mpy, soit une réduction du taux de corrosion de 45 % (voir Figure 2). De plus, le contrôle du tartre et des dépôts, le contrôle microbiologique, et la protection globale ainsi que la fiabilité des actifs étaient excellents depuis la mise en service du traitement par E.C.O.Film.

La valeur liée à l'augmentation de la durée de vie des canalisations et de l'équipement et à la conformité environnementale fut évaluée à plus de 140 000 $ par an.

De plus, la réduction des rejet de phosphore dans la rivière locale, représentant une diminution de ~2,1 lb/jour, devrait permettre d'éviter le développement de jusqu'à 380 000 de livres d'algues par an3.

Figure 1 : niveau de rejet en phosphore de la tour de refroidissement

Figure 1 : niveau de rejet en phosphore de la tour de refroidissement

 

Figure 2 : taux de corrosion de l'acier doux de la tour de refroidissement

Figure 2 : taux de corrosion de l'acier doux de la tour de refroidissement

 


3 R. G. Wetzel, Limnology : Lake and River Ecosystems. Troisième édition. San Diego (Californie) : Academic Press, p. 275, mai 2001